Edith Wharton

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.17.26

Américaine, Edith Wharton (1862-1937 ) a passé une partie de sa vie en France. Encore une malheureuse en amour, ce qui nous vaut des ouvrages d’une rare sensibilité avec de bonnes études psychologiques des personnages. Chez les heureux du monde suit les pérégrinations d’une jeune femme, Lili Bart, dans le milieu des nouveaux riches de New York au début du XXe siècle. En quête de mari, d’abord adulée, puis accusée par la rumeur, enfin rejetée, la jeune femme finit tragiquement, incapable de vivre hors de cette société et de ses artifices. Le personnage peut être considéré comme l’incarnation de la jeune femme passive, « bien de consommation » .

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.18.24

Dans Les new-yorkaises  elle étudie les mœurs de la classe sociale privilégiée, qui malgré les conventions, est condamnée.

Le temps de l’innocence, La splendeur des Lansing, Ethan Frome dressent des portraits réalistes, et nous laissent un petit goût d’amertume en fin de lecture, mais on en redemande!

Une affaire de charme : 7 courtes nouvelles qui montrent bien l’esprit de l’auteur : description de la société bourgeoise anglaise et américaine, des portraits de femmes, des tourments humains. Les premières nouvelles sont intéressantes, le Prétexte  présente une angoisse certaine et délicieuse, Une affaire de charme (la dernière nouvelle) est une vraie merveille.

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.17.58

Advertisements

Ecrire un petit mot …

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: