Nancy Mitford

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.24.38

Nancy Mitford (1904-1973) a écrit plusieurs autres romans, tous plus truculents les uns que les autres.

Ses soeurs sont aussi connues pour leurs écrits ou leurs frasques : l’une était une maîtresse d’Hitler, une autre était fasciste,  une autre communiste, et enfin une est devenue Duchesse de Devonshire! Un livre résume bien les vies incroyables de ces filles :  les extravagantes soeurs Mitford de Annick Le Floc’hmoan (fayard 2002)

Histoire d’une grande famille anglaise entre les deux guerres, racontée avec brio, charme et humour.

Un vrai plaisir, une très belle galerie de portraits.

Livres :

La poursuite de l’amour

L’amour dans un climat froid

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.31.33

Pas un mot à l’ambassadeur

“Le dîner, servi par la souillon dans une salle à manger d’aspect également déprimant, fut mauvais à ce point que je ne doutai pas une seconde qu’un accident fût survenu et je plaignais de tout coeur notre hôtesse. J’ai absorbé, depuis ce soir là, tant de repas épouvantables que le menu de ce dîner s’est effacé de ma mémoire; je crois cependant me rappeler que le festin s’ouvrit sur une soupe de conserve et s’acheva sur des croûtons, recouverts de débris de sardines aussi sèches que les croûtons. (…) Quant à la conversation, qui fut loin d’être brillante, j’en attribuai d’abord l’étonnante stupidité à l’infection des aliments que nous tentions d’avaler.”

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.32.59

Advertisements

Rosa Liksom : Compartiment N°6

Rosa Liksom est née en Laponie Finlandaise en 1958.

Elle a reçu le prix Finlandia 2011 pour ce livre Compartiment N°6, et du coup, son roman est traduit dans plus de quinze pays.

C’est un voyage dans un train, qui va de Moscou à Oulan-Bator, sans se presser. Une jeune femme, étudiante, prend place dans un wagon et  se retrouve en compagnie d’un homme plus âgé, qui retourne travailler sur les chantiers de Mongolie. C’est un huit clos entre une Finlandaise plein de secrets, et un Russe rustre. Alors que tout les séparent, une certaine complicité s’établit entre les personnages, au gré des haltes du train. Le paysage défile, et on s’attache à ces personnages.

Un très joli livre, une belle écriture.

Capture d’écran 2015-08-28 à 11.23.40

Autres livres :

Le creux de l’oubli

Bamalama

Le théorème des Katherine

Le Théorème des Katherine (An abondance of Katherines), de John Green

Capture d’écran 2015-09-02 à 10.20.44

Une histoire bien sympathique d’un jeune garçon très intelligent qui sort avec 19 filles qui s’appellent toutes Katherine, et qui chaque fois se fait larguer. Au cours d’un voyage d’été, il décide de faire créer son théorème afin de prévoir quand il se fera larguer par sa prochaine Katherine !

Mais peut-on tout modéliser?

Facile à lire pour les ado, et même en version originale.

John Green : Jeune auteur américain et beau gosse à la mode, il écrit pour les ado et les jeunes adultes, l’écriture est facile et lisible aussi en anglais!

Il a écrit Qui es tu Alaska (Looking for Alaska) et Nos étoiles contraires  (The faut in our stars) aussi.

Edith Wharton

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.17.26

Américaine, Edith Wharton (1862-1937 ) a passé une partie de sa vie en France. Encore une malheureuse en amour, ce qui nous vaut des ouvrages d’une rare sensibilité avec de bonnes études psychologiques des personnages. Chez les heureux du monde suit les pérégrinations d’une jeune femme, Lili Bart, dans le milieu des nouveaux riches de New York au début du XXe siècle. En quête de mari, d’abord adulée, puis accusée par la rumeur, enfin rejetée, la jeune femme finit tragiquement, incapable de vivre hors de cette société et de ses artifices. Le personnage peut être considéré comme l’incarnation de la jeune femme passive, « bien de consommation » .

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.18.24

Dans Les new-yorkaises  elle étudie les mœurs de la classe sociale privilégiée, qui malgré les conventions, est condamnée.

Le temps de l’innocence, La splendeur des Lansing, Ethan Frome dressent des portraits réalistes, et nous laissent un petit goût d’amertume en fin de lecture, mais on en redemande!

Une affaire de charme : 7 courtes nouvelles qui montrent bien l’esprit de l’auteur : description de la société bourgeoise anglaise et américaine, des portraits de femmes, des tourments humains. Les premières nouvelles sont intéressantes, le Prétexte  présente une angoisse certaine et délicieuse, Une affaire de charme (la dernière nouvelle) est une vraie merveille.

Capture d’écran 2015-08-27 à 11.17.58

Evelyn Waugh

Contrairement à ce que l’on peut penser, Evelyn Waugh  (1903-1966) est un homme.

Il fait partie des amis de toujours de Nancy Mitford, et pas plus heureux qu’elle, en mariage!

Mais il a aidé et exhorté Nancy à écrire.

Il écrit sur les années folles, sur l’art de vivre des aristocrates,  avec beaucoup d’humour et de cynisme.

Il dépeint la société avec une rare verve satirique et un sens aigu du “nonsense”!

Retour à Brideshead 

Capture d’écran 2015-08-26 à 19.30.08

Un autre livre excellent sur les rites funéraires :

Le cher disparu

Capture d’écran 2015-08-26 à 19.30.59

Elisabeth Bowen

Elizabeth Bowen(1899-1973), romancière irlandaise  mais partageant sa vie entre la France, l’Italie et l’Angleterre, vécut dans une heureuse aisance (ayant hérité très jeune du somptueux domaine de Bowen’s Court), tourmentée pourtant par une secrète insatisfaction qui la pousse vers ses vingt ans sur les chemins scabreux de la quête de soi.

Dans la mesure où elle connût le succès dès les années 20, on l’oublia un peu après la guerre, ce qui est parfaitement injuste, car il y a une étrange modernité dans cette oeuvre qui analyse la réalité – et les imperceptibles mouvements de l’âme – avec une minutie passionnée, chirurgicale presque.

Le style d’Elizabeth Bowen fonctionne à la façon d’une lame : on en admire la netteté brillante, le poli de bonne facture ; et puis l’on s’aperçoit qu’on s’y coupe aussi bien les doigts qu’avec un rasoir… le sang coule, mais il est trop tard. Bref cette dame dont la vie fut plutôt facile ne perd aucune occasion de se dire – et de nous dire – qu’il ne faut pas s’y tromper : que vivre est un exercice cruel. Et que la bonne littérature, même si elle se cache derrière d’agréables façades, n’est jamais une affaire de tout repos.

Elle possède une intuition pénétrante, une redoutable perspicacité, un curieux mélange de sympathie et d’ironie envers les petitesses humaines, un esprit caustique, un style incisif.

Quelques livres :

Emmeline

Capture d’écran 2015-01-31 à 18.51.54

Les petites filles

Capture d’écran 2015-01-31 à 18.52.33

La chaleur du jour

Capture d’écran 2015-01-31 à 18.56.53

Thomas Hardy

Thomas Hardy (1840-1928)

Son père est tailleur de pierre. Il apprend le grec tout seul pour lire Homère.

Il écrit des poèmes, et se tourne vers le roman pour essayer de vivre de sa plume.

Jude est l’histoire d’un homme qui essaye de s’en sortir malgré une enfance difficile et qui se laisse piéger par le mariage, la classe sociale, la vie libertine et passionnée (condamnée par la société). Un peu comme Barry Lindon, Jude a cherché à s’élever intellectuellement. C’est une autre forme de déchéance.

Capture d’écran 2015-01-28 à 18.47.53

Dans Les yeux bleus, l’héroïne Elfride, jeune et naïve est broyée par le poids des préjugés, les non dits et la bienséance.

Capture d’écran 2015-01-28 à 18.47.34

On retrouve dans Jude et Les yeux bleus, le même trio de protagonistes : deux hommes et une femme. Il dépeint des personnages en lutte contre leurs passions et les circonstances.

 

Dans Les forestiers encore un trio une femme et deux hommes : L’œuvre est très aboutie, très belle, pleine d’espoir alors que le tout est assez sombre. Je crois que c’est mon livre préféré de cet auteur.

Capture d’écran 2015-12-25 à 16.37.22

J’adore son style d’écriture et j’en relirai d’autres volontiers.

Elisabeth Von Arnim

Australienne (1866-1941) et cousine de Katherine Mansfield, elle vit à Londres.

Elle épouse un aristocrate prussien, et s’installe à Berlin puis à la campagne en Poméranie (oui, oui, ça existe!).

Ses enfants ont pour précepteur EM Forster!

Son premier roman : Elisabeth et son jardin allemand est une sorte de journal intime.

Elle revient en Angleterre où son mari meurt, puis elle s’installe en Suisse et entretient une vie mondaine et une liaison tapageuse avec H.G.Wells.

Elle partage sa vie entre l’écriture et l’Angleterre, la Suisse et Mougins (France).

Avril enchanté  est l’histoire de quatre femmes de milieux différents que rien ne prédisposait à se rencontrer, ni à la compréhension mutuelle, et qui vont se retrouver ensemble en villégiature. Une cohabitation improbable qui va donner lieu à d’incessantes incompréhensions, occasions d’une savoureuse drôlerie, sur un rythme de plus en plus soutenu à mesure que l’histoire avance.

 41pSKkU8W3L._SY344_BO1,204,203,200_

Love est une incroyable histoire d’amour gâchée par la volonté de garder ou de retrouver la jeunesse.

51DY5JD9SAL._SL160_

Blog at WordPress.com.

Up ↑